CANAL DE L’OURCQ

Hier, ma compagne Christine et moi (Arnaud) avons décidé de profiter du beau temps pour nous joindre à la randonnée organisée par OHCYCLO.
DSC03684
Guidés par Ambre nous avons très vite rejoint la piste du canal de l’Ourcq en empruntant de très jolies petites rues de Romainville, puis une descente vertigineuse qui nous conduit à une entrée bien cachée donnant sur le canal.
Progressivement, les bruits de la capitale s’estompent, le cadre devient de plus en plus bucolique. Alors que nous arrivons au parc de la Poudrerie, nous découvrons un couple en perdition :
Madame a crevé son pneu arrière et Monsieur veut desserrer les écrous hexagonaux avec ses petits doigts de devant !
Heureusement OHCYCLO est là ! Je regarde médusé, le magnifique matériel qui sort des soutes du vélo-cargo d’Ambre.
Sous les mains expertes de Julien, le vélo de Madame est promptement remis en état de marche.
Le dépannage ça creuse, ça tombe bien c’est l’heure du picnic.
Nous trouvons une accueillante pelouse en face du pavillon Maurouard.
Les entrailles du vélo-cargo nous révèlent alors d’autres merveilles : poulet rôti, taboulé, biscuits et autres victuailles…
Patrick offre généreusement une collection de crudités…
Ambre conclut le festin avec un véritable café. Pas la poudre soluble de la multinationale Suisse mais un véritable café « home made »  fabriqué  avec un ingénieux système de filtre guatémaltèque.
Nous sommes proche du Nirvana… mais ce n’est pas le moment de faire la sieste !
Nous sacrifions au rituel de la photo de groupe – avec l’aimable complicité d’une bande de cyclistes parisiens – et c’est déjà le début du trajet retour.
Pas pour longtemps car après 100 mètres, Christine remporte la médaille d’or de la plus belle crevaison (4 trous dans la chambre en une seule fois !).
Malgré les bons soins de Souleimane qui colle en urgence force rustines, nous ne pouvons que constater la triste fin de cet accessoire.

Ambre et Arnaud – les seuls dotés d’un vélo électrique – sont alors désignés volontaires. Leur mission : trouver une nouvelle chambre coûte que coûte !
Ils partent – assistance électrique plein pot et gyrophare sur la tête – en direction d’un magasin d’articles de sport.
Mais le samedi après-midi, ils ne sont pas les seuls à faire du shopping et quand ils retrouvent le groupe –  Christine commence à rouler sur la jante (au sens propre). 

Le groupe n’est plus qu’à 25 mètres du magasin de sport dont je tairai le nom intentionnellement (stop PUB).
Souleimane se remet à la tâche, je constate qu’il sort et entre le pneu dans la jante sans utiliser de démonte-pneu ! Je le soupçonne de pratiquer l’haltérophilie…

Nous arrivons à l’emplacement ou OHCYCLO tient son atelier ambulant pour repêcher les naufragés de la piste du canal.
Cela tombe bien, il y a une guinguette qui vend du jus de bissap et une boisson pétillante dont les populations outre-Atlantique font une grande consommation (stop PUB).

 

Pour remercier les vaillants réparateurs d’Hocyclo, Christine offre une tournée générale…Seule ombre au tableau : le réfrigérateur de la guinguette est HS. Nous argumenterons longuement sans vraiment arriver à trancher la question : qu’est-ce qui est le plus dégueu? La boisson états-unienne tiède ou le jus de bissap tiède lui aussi…
Il faudrait peut-être organiser un référendum ?
Il est un peu plus de 18 heures, il faut remonter en selle car la route est encore longue…
J’offre galamment à ma compagne de prendre mon vélo électrique tandis que je chevaucherai le sien qui n’a pas ce type d’assistance.
Je n’ai pas roulé 20 mètres que j’échappe à une double tentative d’homicide !
Est-ce parce que j’ai critiqué le manque de fraîcheur de nos boissons ?
En tout cas : ma roue avant guidonne, je tente un freinage désespéré : caramba ! Mon frein arrière a été saboté !!!
Une fois de plus la trousse magique d’OHCYCLO fait merveille :
Julien resserre l’axe de la roue avant tandis que Ambre d’un efficace coup de clé à allen retend le câble du frein arrière.
Ouf ! Je suis sain et sauf !
Nous remontons sur nos montures et traversons le parc de la Villette – noir de monde – sans écraser qui que ce soit.
Nous longeons la Philharmonie et attaquons la côte de l’Hôpital Robert Debré.
Chacun sait que ce Monsieur fut le père de la pédiatrie française… malheureusement personne n’est parfait !  Il a aussi donné naissance à Michel Debré (ministre de l’Intérieur du général de Gaulle) qui lui-même (Michel Debré pas Charles de Gaulle) enfanta Jean-Louis Debré !
Il me semble que pédalage et considérations politico-généalogiques ne font pas bon ménage, en tout cas je me sens les jambes coupées !
Je récupère – un peu honteux – mon VAE pour arriver au sommet.
Christine – veut-t-elle me faire oublier sa tentative d’assassinat ? – ne moufte pas et se met à pédaler dans la montée…
Julien nous tire sa révérence car il habite à proximité, nous roulons doucement dans la douce et longue descente qui nous ramène au 4 de la rue Garibaldi…
Si vous voulez savoir mon penchant :  je préfère Garibaldi à la famille Debré… (pardon pour cette digression politique).
En tout cas c’est avec un grand plaisir que j’ai adhéré à l’association OHCYCLO le 24 août 2019 à 20h00.
Arnaud